Marie-Claude Palassio

Marie-Claude Palassio
Courtier immobilier 514.815.8190

jeudi 24 novembre 2011

PIEDS CARRÉS





Je sais, je sais, ne n'ai pas bloggué depuis très longtemps! Clients et transactions obligent!!!

Pour ce billet, j'ai choisi de vous parler d'un sujet d'actualité qui me tient à coeur: les différences concrètes entre choisir de travailler avec un courtier VS travailler seul.

Depuis les derniers mois, j'ai rencontré une multitude de personnes. Des jeunes, moins jeunes, fortunés, moins fortunés. Des premiers acheteurs, des investisseurs, des gens qui veulent vendre par eux-mêmes,...bref, de tout. J'ai récemment rencontré un jeune couple qui en sont à leur premier achat, et qui ont tenté de trouver chaussure à leur pied par eux-mêmes, avant de communiquer avec moi. Je vous épargne les détails, mais, en gros, je me suis rendu compte d'un élément qui m'a sauté aux yeux: pour toutes sortes de raisons, certaines personnes ont peur des courtiers. Oui, il en existe des pas gentils. Comme dans tous les métiers...

En jasant avec le couple en question, j'ai également réalisé que cette peur aurait pu leur coûter cher. TRÈS cher. Dans le passé, ceux-ci avait fait une offre sur une co-propriété inscrite sur un site de maisons à vendre directement par le propriétaire (''C'est moins cher!'').

Voici: lorsqu'un particulier vend par lui-même, il inscrit ce qu'il veut bien sur la fiche descriptive de sa propriété. Personne ne vérifie ses dires et écrits. Personne n'est responsable des informations. Dans le cas présent, la personne avait indiqué que son condo mesurait 1300 pieds carrés. Aucune mention de nuance entre la superficie brute et la superficie nette.


Voici les FAITS: Un courtier A L'OBLIGATION d'indiquer la superficie exacte, au certificat de localisation. Le cas échéant, il se doit d'inscrire la superficie brute (et de l'indiquer ainsi). Nous avons un DEVOIR de vérifier ces informations.

En conséquences, lors de l'analyse des comparables, un courtier pourra comparer des pommes avec des pommes, et des oranges avec des oranges, afin d'établir la valeur marchande de la propriété.

Que serait-il arrivé si, une fois aménagé, mes clients se seraient rendus compte qu'ils ont en fait acheté un condo de 1100 pieds carrés (car, bien sûr, personne ne leur aurait conseillé de vérifier le certificat de localisation)? Les acheteurs auraient pu poursuivre le propriétaire pour défaut de contenance.... Mais, est-ce VRAIMENT une option viable pour la majorité des gens? Je ne pense pas.

Evidemment, je prêche pour ma paroisse. C'est évident. Par contre, lorsque ce genre de situation m'est décrite, je me demande vraiment elle est où, la supposée économie? Un courtier honnête vous donnera l'heure juste en plus de protéger votre transaction. Il vous dira si vous étiez sur le point de dépenser 20k de trop.

Longue vie aux courtiers immobiliers honnêtes, soucieux de bien servir leur précieux clients!









1 commentaire:

  1. Je suis tout à fait d'accord. Je ne suis pas courtier mais mon père l'a été. Il est vrai que beaucoup de gens ont peur des courtiers, peur des frais de commission, s'imaginent que les courtiers font des centaines de milliers de dollars par année et que toute la commission qu'ils retirent leur va directement dans les poches.

    En partie, peut-être, mais une fois enlevée les frais de publicité, l'espace loué pour le bureau, les déplacements fréquents, les commissions séparées entre courtiers inscripteurs et vendeurs, et commission versée à la bannière franchisée, il en reste beaucoup moins! Vous n'avez pas de salaire horaire, et les ventes qui ne sont pas "closées" se retrouvent en une perte qui doit être absorbée, mais ça, les gens ne le voient jamais de cette façon, ils regardent juste le montant total de commission.

    Il est vrai qu'il y a de mauvais courtiers, tout comme il existe de mauvais contracteurs en construction ou dans d'autres services, mais ça... il y en a partout malheureusement!

    Bon article!

    RépondreSupprimer